HISTORIQUE DU CLUB 

1919 : La création du club et les débuts du sport travailliste

Le mouvement sportif commence à s’organiser en France dans les catégories sociales aisées à la fin du dix-neuvième siècle. Le sport ouvrier organisé commence en 1908.

En 1919, quelques jeunes socialistes fondent l'Union Sportive du Travail d'Ivry.

Le club ne compte alors qu'une trentaine d'adhérents et propose les principaux sports populaires de l'époque : le football, l'athlétisme, le basket-ball et la culture physique.

Entre 1919 et 1923, le sport travailliste se divise entre socialistes et communistes.

1925-1936 : Un premier essor avec Georges Marrane

En 1925, grâce à l’ancien maire d’Ivry G. Marrane, le sport travailliste va se développer. Des situations précaires de logement, le désengagement de l’Etat qui abandonne le sport à l’initiative privée amène la municipalité à entrer dans une logique de service public dans les loisirs populaires. Le développement d’installations au service de la pratique entraîne le passage de 39 adhérents en 1925 à 540 en 1933 à l’USTI.

Georges Marrane devient Co Président de la FSGT (Fédération Sportive Gymnique du Travail créée en 1934) et par un contexte favorable politique le sport Populaire continue à se développer. L’USTI devenu L’ESTI atteint en 1936, 755 licenciés et devient aussi l’un des plus puissants clubs de la FSGT par ses résultats sportifs. Le club est toujours affilié aujourd’hui.

1939-1945 : Les années noires et la Résistance

Le sport travailliste n’échappe pas au désastre de la guerre. Des noms illustres disparaissent, Auguste Delaune (secrétaire générale de la FSGT), Edouard Clerville, secrétaire général de l’UST Ivry de 1921 à 1933 tombé le 22 août 1944 place de la mairie d'Ivry dans les combats pour la libération de notre ville, ainsi que 20 autres sportifs de l'EST Ivry.

1945-1954 : Des années difficiles. L’ESTI devient l’US Ivry

De 1945 à 1948 les effectifs progressent assez vite (625 adhérents en 1948)

pour stagner et régresser légèrement ensuite. La direction du club reste fragile,

on change souvent de secrétaire général.

En 1949,  l’ESTI devient l’Union Sportive Ivry.

La municipalité et le club unissent tous leurs efforts pour enraciner la pratique sportive à Ivry et notamment par la construction du Stade Clerville en 1952 et Delaune en 1953.

1954-1964 : Raymond Laluque et l’essor de l’US Ivry

1954, Raymond Laluque devient secrétaire général de l’US Ivry et structure le club.

A la fois club de réflexion et revendicateur, l’US Ivry agit pour que le sport soit un puissant levier d’éducation. En une dizaine d’années, il passe de 500 à 2000 adhérents et se construit un palmarès de haut niveau dans plusieurs activités (basket, boxe, athlétisme, haltérophilie, football, handball…).

En 1957 le préfet du département de la Seine supprime la subvention municipale accordée à l’US Ivry. Pendant trois saisons, l’US Ivry fait appel aux souscriptions de ses adhérents et de leurs familles ainsi que de la population.

De nombreuses initiatives sont prises pour renforcer la dimension omnisports du club. La direction du club s'élargit avec de nombreux nouveaux dirigeants le plus souvent directement issus de la pratique.

 

1965-1980 :Diversifier les pratiques et les structures pour être en phase avec les évolutions sociales

En 1964, Gilbert Ridouh, international de handball et secrétaire de sa section, remplace Rayond Laluque au secrétariat général. En quelques années les directions du club et des sections se structurent grâce aux pratiquants qui composent le club.

En 1965, Jacques Laloë devient maire. Il poursuivra la politique sportive de G. Marrane qui est resté Président de l’US Ivry. Plusieurs installations sportives voient le jour : complexe Venise Gosnat en 1973, acquisition du stade des Lilas en 1972, sauna en 1973.

Pendant ce temps le sport évolue et la pratique des activités physiques et sportives sous des formes diverses et grandit fortement dans toutes les couches de la population. Le club suit cette évolution et développe le plus grand nombre d’activités.

  • De 1965 à 1980 le club double ses effectifs (2000 à 4000 adhérents. Bien qu’en 1974 et 1981 les effectifs stagnent car les sections sont saturées.
  • La plupart des sections se développent fortement et s’engagent souvent dans des initiatives locales en collaboration avec les écoles, la municipalité ou les syndicats.

En  1978, en natation Nelly Saqué bat deux records de France et participe aux championnats du monde. Les athlètes parviennent souvent au niveau national. Le handball accumule les titres de champion de France.

La direction du club acquiert des moyens pour travailler : en 1966 l’USI obtient une pièce au 17 rue Raspail. Entre 1966 et 1971 deux salariés renforcent les moyens humains de l’US Ivry. Le 29 septembre 1978, la Maison du Club est inaugurée.

La vie omnisports se renforce.

  • Le comité directeur s’adjoint plusieurs commissions qui préparent et facilitent son travail.
  • En 1969 un premier stage a lieu à Saint Véran ; puis des stages sont organisés chaque année ou tous les deux ans.
  • Les réflexions conjuguées de la municipalité et du club débouchent sur la création du département de Médecine Sportive en 1977 au sein du Service Municipal de médecine.

L’US Ivry poursuit son activité revendicative et conserve ses idéaux et ses traditions de lutte mais avec 4000 adhérents elle a considérablement évolué depuis ses origines.

1980-1990 : L’USI face aux évolutions du sport de haut niveau

La pratique de haut niveau et la pratique pour tous doivent cohabiter. Impliquant une politique de formation.

Les effectifs du club progressent à nouveau, le club profite des nouveaux équipements municipaux et de leur rénovation : rénovation du stade Clerville (1980), courts de tennis (1983), complexe Pierre et Marie Curie (1985), Halle Venise Gosnat (1989), stade de Gournay (1989).

Beaucoup de bouleversements dans les sections  (à noter 1983 une école de natation pour les enfants d’Ivry)

  • 1987 Un nouveau Président pour l’US Ivry. Jean Hager succède à Gilbert Ridouh.
  • Jacques Allard devient secrétaire général de l’US Ivry jusqu’en 1994.

A l’issue de cette période 4570 adhérents dont 35% de femmes, l’US Ivry semble aller de l’avant.

1990-1999 :Essor des effectifs et autonomie croissante des sections

De 1989 à 1999 l’US Ivry passe de 4570 à 5486 licenciés (+916). La progression des effectifs est liée pour les deux tiers au retour au sein du club de l’école de natation. Durant cette période les constructions et rénovations d’installations sportives municipales ont été conséquentes : complexe de l’Orme au chat avec son bassin d’apprentissage (1990), rénovation du stade des Lilas (1990), terrain de football Chaussinand (1991), Gymnase des Epinettes (1992), salle Pierre Galais (1992), rénovation du gymnase Delaune (1997), rénovation de la piscine (1998).

De 1999 à nos jours :

Aujourd’hui, le club comprend plus de 7500 pratiquants répartis dans  39 sections. Malgré tout, le réel désengagement de l’Etat ne permet pas aujourd’hui de développer les activités au-delà d’infrastructures existantes. Le manque de moyens dans les municipalités, ces dernières années, freine considérablement les projets en installations et ne favorise pas les possibilités d’accueil de nouveaux adhérents à l’US Ivry.

En 1997, Michel Bouvat devient Président de l’US Ivry. Jean-Pierre Favier, actuel Président, le succèdera à partir de 2007.

A noter, de 2009 à 2013 l’explosion des sports loisirs et de nouvelles activités à laquelle le club a répondue (Danses Urbaines – Kick Boxing). Le club cherche toujours à développer les pratiques sportives pour le plus grand nombre.

Luc Abalo marque l’évènement pour l’US Ivry et l’US Ivry Handball avec ses 2 médailles d’or Olympique en 2008 (Pékin) et 2012 (Londres).

Dans sa recherche du développement du bénévolat, l’US Ivry renforce ses commissions et en crée de nouvelles (ex : la commission Handicap). Certaines commissions sont ponctuelles en fonction des besoins du moment (ex : la commission des vœux de l’US Ivry).

Les dirigeants qui ont marqué l’US Ivry :

Présidents :                                                  Secrétaires :

Georges Marrane                                        Raymond Laluque

Gilbert Ridouh                                              Gilbert Ridouh

Jean Hager                                                  Régis Vaillat

Michel Bouvat                                              Jacques Allard

Jean-Pierre Favier                                        Eric Doulcet

                                                                 Emmanuel Léonard

                                                                 Jean-Pierre Favier

                                                                 Pascal Verrecchia